Histoire

A la lecture des différentes archives on peut dire que la commune d’Origné doit son existence principalement à trois personnes : Mr le curé T Cointet qui organise la nouvelle paroisse, le Général E Duboys Fresney qui initie par son influence notabilaire la création de la paroisse et de la commune et M A Roimier qui est l’exécutant communal.

I/ A l’origine une paroisse fondée en 1857

La paroisse Saint-Etienne d’Origné est fondée en 1857.

Dès avant 1160 existe un prieuré avec sa chapelle confié aux Bénédictins de l’abbaye de Marmoutier située près de Tours.

Au Moyen Age, la seigneurie d’Origné dépend de la châtellenie de Montjean et de Château-Gontier. Elle appartient en 1401 à Isabeau d’Ancenis, veuve de Bertrand du Guesclin. Les Rohan, seigneurs de Mortiercrolles lui succèdent et la conservent jusqu’au XVIIIe siècle. La terre d’Origné est acquise en 1745 par Monsieur de Montecler, seigneur de la Rongère.

C’est à partir de la chapelle qu’est construite l’église actuelle. Et c’est grâce à la persévérance des habitants des alentours que cette érection a pu se faire. Depuis 1986, Origné appartient à la paroisse Saint-Benoît-les-Rivières avec sept autres églises (Ahuillé, Entrammes, Forcé, L’Huisserie, Montigné-le-Brillant, Nuillé-sur-Vicoin, Parné-sur-Roc) ; le presbytère est à L’Huisserie.

II/ 1865 : naissance d’une nouvelle commune

1/ Origné

Le 31 mai 1865 Origné est érigé en commune. A cette date, la commune compte 426 habitants.

Trente-cinq ans plus tard, en 1900, la commune comprend 53 hameaux, fermes ou écarts. Elle rassemble 361 habitants dont 64 dans le bourg, 14 au lieu-dit La Lainerie, 16 à la Promenade.

2/ Une fois la commune créée, premier chantier l’école

Une fois la paroisse instituée en commune – le 31 mai 1865 –, le conseil municipal d’Origné s’attèle immédiatement à la construction de l’école – le bâtiment qui aujourd’hui abrite la mairie. L’école accueille ses premiers élèves en novembre 1868. En 1910, une nouvelle école privée, catholique, l’école Sainte-Jeanne d’Arc est construite rue de Beausoleil, jouxtant l’église.

Après un an de chantier assumé par les parents d’élèves de l’époque, en septembre 1985, l’école Sainte-Jeanne-d’Arc déménage et ouvre ses portes sur un terrain appartenant à l’AEL (Association des Ecoles Libres) chemin de la Benâtre. En 2005, face à l’augmentation du nombre d’élèves, un bâtiment plus adapté est reconstruit. Le bâtiment a été conçu pour mutualiser les sanitaires et le dortoir avec l’accueil périscolaire et un centre de loisirs qui ouvre également à ce moment. L’école accueille en 2017 Près de soixante élèves au sein de trois classes. Les parents d’élèves et professeurs des écoles sont investis dans la vie de l’école. Les manifestations, qu’ils organisent en lien avec l’APPEL (Association des Parents des Ecoles Libres) et l’OGEC (Organisme de Gestion des Ecoles Catholiques), participent de la vie de la commune : kermesse, marché du terroir et vide grenier, arbre de noël, marché d’automne, portes ouvertes…

Geographie

I/ Mais où se situe donc Origné ?

Située en bordure de la rivière la Mayenne, la commune d’Origné est en partie sud du département de la Mayenne, à la limite nord de la « Mayenne Angevine » et à égale distance de Laval et de Château-Gontier. Commune de 1005 hectares, elle est bordée au nord par le cours d’eau le Vicoin, au sud par la commune de Houssay, à l’est par la rivière Mayenne et à l’ouest par les communes de Quelaines et Nuillé-sur-Vicoin. Partie du canton de Château-Gontier jusqu’au redécoupage de 2014, Origné appartient aujourd’hui au canton d’Azé et à la communauté de communes du Pays de Château-Gontier.

II/ Les Orignéens et les Orignéennes

410 habitants en 1866, 423 en 2013. En près de 150 ans, la population d’Origné semble très stable. L’observation de son évolution au cours de ces 150 ans renvoie toutefois une image bien différente (graphique 1) : de 1866 à 1982 Origné perd presque la moitié de ses habitants ; en deux temps : très rapidement de 1966 à 1910, puis plus lentement jusqu’en 1980. La remontée depuis le début des années quatre-vingt est spectaculaire : en 30 ans la commune aura regagné la population qu’elle avait perdu en 116 ans.

 

Patrimoine

1/ L’église Saint-Etienne

Profondément remaniée par l’architecte Rodier au moment de la fondation de la paroisse en 1857, l’église s’ancre sur une ancienne chapelle qui mesurait 20 m. de long et 7 m. de large. Elle est réparée et surélevée pour constituer la nef d’aujourd’hui. Sont ajoutés deux chapelles qui forment les transepts, le chœur, le clocher et son beffroi contenant deux cloches. La porte d’entrée de l’ancienne chapelle devient la porte principale qui date du XIe siècle. Au-dessus du confessionnal, on remarque un grand tableau donné par le Général Duboys Fresney, qui l’avait reçu lui-même de Napoléon III en 1869. Ce tableau est une copie de l’œuvre de Francesco Marmitta, peintre italien du 15e siècle ; le tableau original appartient au Musée du Louvre. Il représente la Vierge et l’Enfant Jésus entourés de Saint-Benoît (à gauche) et Saint-Quentin (à droite). Deux anges musiciens apportent au tableau une grâce enfantine. Sous le siège de la Vierge, un médaillon représentant Adam et Eve et la pomme (le fruit défendu entraînant la chute) et dessous un bas-relief représentant la fuite en Egypte. Le parterre au premier plan rappelle le premier paradis perdu par Eve et retrouvé en Marie.

2/ Le château de la Roche

Le château est construit dans les années 1860-1870, dans une situation heureusement choisie au-dessus de la vallée de la Mayenne, dit l’Abbé Angot dans son Dictionnaire de la Mayenne1. Vu de la rivière, une sorte de nid d’aigle sur un rocher. La construction est faite en pierres du pays, provenant sans doute de la carrière toute proche située de l’autre côté de la rivière. Les ornements des fenêtres, lucarnes et angles sont en tuffeau. La pierre de tuffeau arrivait brute de la Loire par péniche et était taillée sur place ; de l’art de tailler le tuffeau dépendait sa résistance au temps. La couverture est en ardoises d’Angers. L’aspect est somme toute assez classique. Le caractère XIXe siècle est accentué par les épis en zinc qui ornent chaque lucarne et le faîtage des deux pavillons. La façade sud est ornée d’un perron à double circonvolution volée. La façade nord est la façade noble ; elle correspond aux pièces de réception et aux chambres distribuées sur deux étages. Deux raisons à cette orientation : d’une part au XIXe on fuyait le soleil et, d’autre part, et ce qui fait l’intérêt de cette maison, les pièces de réception permettent d’apprécier une vue saisissante sur la Mayenne. Le château appartient toujours aujourd’hui à la famille Duboys Fresney.

3/ Les écluses et moulins d’Origné

Les portes marinières, ancêtres des écluses, furent construites entre Château-Gontier et Laval sous François Ier pour rendre navigable la rivière afin de transporter à moindre frais par eau toutes les marchandises et denrées. Ces écluses remplacèrent les simples barrages sur lesquels étaient établis des moulins. Il a été construit 22 chaussées et autant de portes marinières de 1514 à 1537. En empruntant le chemin du halage à Origné, on peut découvrir trois de ces écluses : l’écluse de la Benâtre, l’écluse de la Fosse et l'écluse de Briassé. À proximité immédiate de l'écluse de Briassé se trouve un vaste plan d’eau, « la Courbe ».

4/ Le moulin de Régereau

On trouve aux Archives nationales des traces de ce moulin qui remontent à 1470. Ce moulin, peint par Beyel dans le café d’Origné, est à la limite nord de la commune et donc à la limite du Pays de Château-Gontier, de la Mayenne angevine, le Vicoin représentant une frontière naturelle. Le moulin et son pont qui enjambe le Vicoin formaient un poste de contrôle important sur la route de Laval à Château-Gontier. L’endroit était reconnu comme un poste de gabelle en 1714.Le moulin actuel date des années 1866, on parle alors de minoterie. De plan rectangulaire, il est disposé perpendiculairement au cours du Vicoin qui baigne ses deux longs côtés. Le moulin conserve encore sa roue mais les machines ont disparu. Il appartient à cette génération de moulins à blé médiévaux installés au bord de la Mayenne et ses affluents, généralement en batterie (ensemble de plusieurs moulins).

5/ La Chapelle Bioche

La Chapelle Bioche est située à moins d’un kilomètre d’Origné sur la route qui mène à l’écluse de la Fosse en prenant la rue du Lavoir, à l’entrée du chemin qui mène au château de la Roche. C’est un tout petit bâtiment qui mesure moins de 4 mètres de côté. Selon une légende, cette petite chapelle aurait été construite à la suite d’un vœu. Un chasseur de passage aurait été encerclé par une colonie d'aspics. Il aurait alors fait la promesse de construire une chapelle s'il parvenait à s'échapper à cette attaque. Peu après avoir prononcé ce vœu, se retournant, il s'aperçoit que tous les serpents ont disparu. Le chasseur tint sa promesse, il fit construire la chapelle.

6/ Bar « Le Beyel »

Le café-restaurant-alimentation du centre-bourg d’Origné est l’unique lieu public à avoir conservé presqu’intact un ensemble de peintures murales exécutées par Beyel. Au centre de la pièce ou au-dessus des ouvertures, les peintures principales sont entourées d’un encadrement lui aussi peint sur le mur. L’ensemble s’apparente donc à la fois à des fresques et à des peintures sur châssis. Des ornements au plafond et un cache-cheminée représentant le château de la Roche, aujourd’hui disparus, furent aussi l’œuvre de Beyel. De l’homme, on sait peu de choses, il est né au Havre en 1878 et décédé à Château-Gontier en 1954. D’après les souvenirs il était assez bel homme, portait la barbichette et était toujours vêtu une blouse ample ; surtout les anciens se souviennent d’une personnalité imposante et d’un caractère indépendant. Personne ne savait d’où il venait et il fut toujours considéré comme un de ces personnages mus par leur vocation qui, pour survivre, courraient les pays en peignant dans les auberges.

 

L’ensemble des textes ci-dessus sont tirés du « focus sur Origné » réalisé par la communauté de communes du pays de Château-Gontier. Ce livret de 45 pages détaille l’histoire complète de la commune. Il est disponible en mairie au prix de 10 €.

Ma mairie

MAIRIE D’ORIGNÉ

4 Rue d'Anjou
53360 ORIGNÉ

Tél. 09 75 84 59 20
Fax 02 43 98 10 44

Courriel : commune.origne@orange.fr

 

HORAIRES D'OUVERTURE

Lundi : 14h00 - 18h00

Mardi : 14h00 - 18h45

Mercredi : 9h00 - 12h00

Vendredi : 14h00 - 18h45